Tourisme
Commune de Chassiers
Communauté de communes du Val de Ligne

Histoire

Aux origines de Chassiers ...
Situé au sud du Vivarais Cévenol, le village de Chassiers domine une zone basse où confluent trois rivières : la Lignez, la Lende et le Roubreau. Les dénivelés sont si abrupts, de 195 à 608 mètres, que la commune est classée en zone de montagne.
L’origine du village demeure inconnue. D’après la tradition locale, les cavités creusées dans les rochers de grès, à l’est du village, sont probablement des fouloirs rupestres destinés à écraser, le raison, à l’époque féodale.
On raconte aussi que le village serait né autour d’un monastère, au VIème siècle. Mais, son origine est peut-être simplement liée à un accroissement démographique antérieur au XIIème siècle.
Seule certitude, Chassiers existe dans la seconde moitié du XIIème siècle, comme en témoignent la chapelle romane et les vestiges de la tour à bossages. A cette époque, le village faisait déjà partie du système défensif des mines d’argent que se disputaient les évêques de Viviers et les Comtes de Toulouse.

Au coeur de la Grande Histoire
Son histoire se confond pour de nombreux siècles avec celle de ses deux co-seigneurs : les Chalendar de la Motte et les de la Vernade. Pendant les guerres de religion, Chassiers reste dans le camp catholique. Louis de la Vernade crée, en 1584, la Confrérie des Pénitents Bleus.
Débutée vers 1720, l’expansion démographique atteint son maximum vers 1860, avec 1500 habitants. A cette époque, l’économie locale repose sur une polyculture dans laquelle l’élevage du ver à soir, le châtaignier et la vigne jouent un rôle prépondérant.
Assez vite, la concurrence des soieries lointaines conjuguée avec la maladie du ver à soir, puis le phylloxera, et enfin l’exode rural, entraînera une baisse démographique, accentuée à partir de 1914, par la saignée de la Première Guerre Mondiale.
En un siècle, entre 1860 et 1960, la population de la commune passe de 1500 à 600 habitants.

Renaissance de Chassiers ...
La croissance démographique a repris à partir des années 60 avec la réouverture des mines de Largentière (relancées pour le plomb et le zinc, plus que pour l’argent) et la modernisation de l’Oeuvre de Béthanie qui accueille les enfants handicapés.

Tout en intégrant des populations nouvelles, Chassiers a su maintenir son caractère rural, dans le respect du patrimoine historique et naturel. L’agriculture est encore présente, de même que de petits commerces, de nombreux artisans et de multiples activités associatives et manifestations culturelles.

Profitant de l’arrivée des nouvelles technologies et de la modernisation des réseaux, retraités et jeunes ménages continuent régulièrement de venir s’installer à Chassiers, à la recherche d’une meilleure qualité de vie